Sélectionner une page
Recette du Boursin

Recette du Boursin

Le pesto, plat incontournable réalisé à partir de basilic est l’une des sauces les plus populaires d’origine italienne. Ensemble découvrons son histoire et comment le cuisiner !

La petite histoire du Boursin

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le Boursin est un fromage très récent. En effet, son inventeur François Boursin crée une fromagerie en 1957. Après plusieurs années de travail, François termine la recette du fameux Boursin, ail et fines herbes.

Ingrédients pour 4 personnes

• 1 litre de lait demi écrémé
• Le jus d’un citron
• 1 cuillère à soupe de crème fraîche
• 1 gousse d’ail écrasé
• Des Herbes aromatiques (ciboulette et/ou persil)
• Du Sel et du poivre

Comment cuisiner le Boursin

• Chauffer le lait jusqu’à environ 45 degrés
• Ajoutez le jus de citron
• Filtrez le lait en plaçant une tissus très fin au-dessus d’une passoire afin que le fromage reste coincé.
• Assaisonnez le fromage avec de la crème fraiche, les gousses d’ails écrasées, le persil et la ciboulette. A la fin, salez et poivrez à votre convenance.
• Laissez reposer 4h au frais.
Vous voilà créateur du si populaire Boursin ail et fines herbes !

Astuces

Au moment du mélange vous pouvez tout à fait rajouter d’autres ingrédients pour varier les plaisirs et proposer de nouvelles saveurs à l’apéritif comme :
• Des noix
• Du tzatziki
• Du Curry
• Des crevettes
• Des olives
• Des crevettes
• Des tomates

Recette de pesto

Recette de pesto

Le pesto, plat incontournable réalisé à partir de basilic est l’une des sauces les plus populaires d’origine italienne. Ensemble découvrons son histoire et comment le cuisiner !

La petite histoire du Pesto

Pour connaitre l’origine du Pesto, il faut remonter à l’antiquité romaine. Comme vous pouvez le lire dans l’histoire des herbes aromatiques, les romains connaissaient bien les propriétés curatives du basilic. D’après la légende, c’est dans certain couvent nommé San basilio sur les hauteurs de Gênes qu’un religieux inventa la recette. Celui-ci, voulant manger autre chose que des anchois, parti cueillir des herbes aromatiques. Il trouva du basilic qu’il mélangea à d’autres ingrédients, ce qui devint le fameux Pesto alla Genovese que le couvent offrait aux fidèles.

Ingrédients pour 100 grammes de pesto

• 20 g de basilic frais
• 25 g de parmesan râpé
• 1 cuillères à soupe de pignons de pin
• Une demi gousses d’ail
• 5 cl d’huile d’olive
• Du Gros sel de Guérande

Comment cuisiner le pesto

• Préparez les ingrédients
• Placez dans le bol d’un mixeur les feuilles de basilic et ajoutez-y une pincée de gros sel de Guérande.
• Mixez le basilic finement
• Ajoutez tour à tour : le parmesan râpé, les pignons de pin, l’huile d’olive et finalement l’ail pelée. Prenez soin de bien remixer à chaque fois que vous ajoutez les ingrédients.
Vous venez donc d’obtenir un excellent pesto à mélanger avec des pâtes fraiches !

Astuces

recette pistou

• Si vos feuilles de basilic sont fragiles, placez-les une heure dans le congélateur au préalable.
• Si vous retirez les pignons de pin, vous n’obtenez plus du pesto mais du pistou, recette bien connue des provinciaux
• Pour les personnes intolérantes au lactose, préférez le Pecorino Romano au Parmesan !

Le jus persil : La boisson qui va vous faire apprécier la rentrée

Le jus persil : La boisson qui va vous faire apprécier la rentrée

Ah le mois de septembre, la fin des vacances et le retour au quotidien… Il est essentiel de bien se préparer afin de reprendre aux mieux nos activités. Et pour cela quoi de mieux qu’une boisson à déguster à n’importe quel moment de la journée et vous apportant toute l’énergie dont vous avez besoin ?
Comme nous en parlions dans notre article sur les bienfaits des herbes aromatiques et leurs effets détox, le persil est réputé depuis l’antiquité pour ses vertus médicinales et ce grâce aux nombreuses vitamines et nutriments qu’il contient.
Aujourd’hui nous vous proposons donc une recette de jus detox à base de persil. Simple à préparer, il saura vous redonner vitalité et énergie tout au long de la journée !

Les ingrédients pour un bon jus de persil

Pour préparer ce jus il vous faudra :

  • Une dizaine de brins de persil directement récolté sur votre kit Cultivea
  • 50 cl d’eau
  • 5 cuillères à soupe de miel (ou une cuillère à soupe de sucre en poudre)
  • 1 citron vert

La préparation de la boisson

  • Mixer le persil avec l’eau afin d’obtenir une base bien fluide
  • Presser le citron vert
  • Ajouter le jus de citron vert au mixeur
  • Mixer le tout après y avoir ajouté les 5 cuillères à soupe de miel
  • Servez bien frais

Notre petit conseil

Jus Persil Pomme Kiwi
Pour un goût plus fruité il est possible d’y ajouter de la pomme ou du kiwi, cela apportera en plus d’un goût supplémentaire, tout un tas de vitamines qui sauront vous apporter toute l’énergie dont vous avez besoin.
L’histoire des herbes aromatiques : de la médecine à la cuisine

L’histoire des herbes aromatiques : de la médecine à la cuisine

Récemment redécouvertes après une période d’oubli, les herbes aromatiques sont utilisées depuis l’aube des temps par nos ancêtres et ce, dans toutes les civilisations. Que ce soit les empereurs de Chine, les pharaons d’Égypte, les grecs, les empereurs romains, les chefs gaulois, les aztèques ou les mayas et même les rois du moyen-âge, toutes les peuplades du monde ont, à travers le temps, consommés ou utilisés les herbes aromatiques pour leurs vertus médicinales ou pour leur qualités nutritives et gustatives.

Aromates et médecine à travers le temps

Nous allons traiter des différentes civilisations au cours du temps ayant utilisés les herbes aromatiques et les plantes comme médicament, nourriture, parfum ou produit d’embaumement. Si vous souhaitez avoir plus de précision concernant les apports nutritionnels et médicinales de plusieurs herbes, vous pouvez découvrir notre article sur les herbes aromatiques detox mettant en avant les qualités du basilic, de la ciboulette et du persil.

Civilisations ancestrales et herbes aromatiques

L’histoire des plantes et herbes dans la médecine de l’homme remonte à des temps immémoriaux. Une sépulture d’un homme de Neandertal vielle de plus de 60 000 ans a été découverte. C’est plus de 7 plantes et herbes qui ont été utilisées afin de conserver la dépouille. Ce qui est intéressant à noter, c’est que chacune des plantes et herbes possède des qualités pharmacologiques. Elles n’ont donc pas été employées par hasard ou par pure décoration, mais témoigne du fait que les hommes préhistoriques avaient déjà compris l’intérêt de la médecine des plantes. Nous savons que nos ancêtres, les chasseurs cueilleurs ramassaient des herbes comme l’oseille et l’ail sauvage, la consoude ou le tilleul qui leurs servaient à préparer des décoctions pour leurs rituels magiques. Ces herbes rentraient également dans leurs recettes de cuisine.Pendant plusieurs dizaines de milliers d’années, l’Homme a appris petit à petit à se servir des herbes pour se soigner mais également pour manger. C’est à partir de – 4000 avant jc que l’on constate les tous premiers écrits traitants de la médecine par les plantes et les herbes.

Sumer, la plus ancienne civilisation développée utilisait déjà les herbes aromatiques pour ses qualités médicinales. A l’époque la médecine n’existait pas vraiment chez les autres civilisations et pourtant les Sumériens étaient particulièrement en avance dans ce domaine. Réalisant déjà les premières interventions chirurgicales de l’histoire de l’humanité, preuve de leurs génies. Romarin et sauge étaient employés pour soigner les maux.

La deuxième civilisation à mentionner l’intérêt des herbes pour la médecine est la Chine au travers du livre « Pen Ts’ao » écrit il y a presque 4000 ans. Celui-ci regroupe plus de 100 plantes et sera utilisé et conservé jusqu’au 16ème siècle, date à laquelle il sera amélioré. Il aura donc été un livre de référence pendant environ 3500 ans, ce qui est presque deux fois plus vieux que la bible.

C’est ensuite les égyptiens et les Hébreux qui se servent des herbes pour se soigner. Cependant ils utilisent également bien plus que d’autres civilisations les herbes pour en faire des huiles, des eaux parfumées ou des produits de beauté. Certaines herbes étaient réservées à l’embaumement des momies ce qui avait l’avantage d’une part de conserver le corps des pharaons mais en plus de leur permettre de sentir bon.

Les herbes aromatiques de l’antiquité au moyen-âge

Les grecs, commerçaient beaucoup avec les marchands phéniciens et ramenaient de leurs périples épices, herbes et encens. Hippocrate écrivit l’œuvre Corpus hippocratum, un total de 72 livres traitants majoritairement des maladies et conclut sur l’usage très bénéfique des herbes aromatiques en médecine. A l’époque d’Alexandre le grand, la plus imposante bibliothèque du monde établie à Alexandrie contient un jardin composé uniquement d’herbes aromatiques. C’est donc dans le plus haut lieu du savoir de l’humanité de l’époque que se situe un jardin aromatique, dont leurs créateurs avaient bien compris l’intérêt.

Les romains étaient consommateurs d’énormément d’herbes aromatiques. Aucun plat n’étaient servis sans. C’est Galien, le médecin des empereurs qui va instaurer une méthode de préparation des médicaments et notamment des plantes et herbes, qui va bouleverser l’histoire de la pharmacie.

Les gaulois utilisaient beaucoup d’herbes également comme l’ail, l’armoise, le fenouil, le laurier, la menthe, le thym, ou le serpolet. Une herbe était réservée aux druides pour leurs rituels magiques : le gui.
Malheureusement c’est à la chute de l’empire romain que va apparaitre en Europe l’obscurantisme. La perte des savoirs des grandes civilisations va plonger beaucoup d’herbes dans l’oubli. C’est grâce aux croisades que beaucoup de plantes vont être redécouvertes des centaines d’années plus tard.

La renaissance des herbes aromatiques

La période de la renaissance apporte un renouveau pour les herbes aromatiques qui se voient de plus en plus populaires. On retrouve rapidement des jardins entiers ou des parterres où les herbes aromatiques côtoient les plantes et les fleurs. Le désintérêt grandissant pour les épices est une opportunité pour rendre le basilic ou la sauge plus populaire. Les herbes s’invitent même à la table des rois et des bourgeois, récalcitrants à la période des lumières, ceux-ci cherchent à revenir au naturel et donc aux plantes.

Nouveau déclin pour les aromates

Au 19ème siècle, avec la révolution industrielle, divers facteurs vont pousser les herbes aromatiques vers leur déclin :
• L’apparition de la médecine moderne qui pousse les malades à s’orienter davantage vers des médicaments et moins vers les plantes
• La meilleure conservation des aliments réduit l’intérêt pour l’usage des aromates
• La bonne hygiène réduit le nombre de maladie et donc le besoin aux herbes pour les plus pauvres ne pouvant pas se payer de médicaments.

Les herbes aromatiques aujourd’hui

Depuis les années 1970, on assiste à un fort regain de l’intérêt du public pour les herbes aromatiques. Nous redécouvrons peu à peu les intérêts nutritifs, nutritionnels et médicinales de ces herbes si particulières. Terrasse, balcon et jardins sont à nouveau décoré du vert des aromates et nos assiettes en profitent largement. Bon nombre de médicaments sont aujourd’hui réalisés à partir des aromates. Aujourd’hui, c’est même devenu une véritable mode, s’inspirant du végétarisme, du veganisme ou du bio. Toutes ces tendances nous poussent à consommer davantage les herbes aromatiques et c’est tant mieux !

Comment conserver ses herbes aromatiques ?

Comment conserver ses herbes aromatiques ?

Que vous achetiez vos herbes aromatiques en pot dans une jardinerie, en magasin ou que vous les fassiez pousser vous-même grâce à l’un de nos kits prêt-à-pousser, vous avez surement déjà été confronté à la mort prématurée de vos plantes. Conserver ses aromates n’est pas chose aisée. En effet, nous sommes parfois surpris de voir les aromates sérieusement se détériorer en l’espace de 24h, juste après les avoir acheté ou cueillis. Quel gâchis que de perdre ses herbes avant même d’avoir pu les consommer. Mais sachez que vous n’êtes pas toujours responsable en cas de perte. Afin de remédier à ce problème, nous allons donc aborder toutes les astuces et techniques afin de vous permettraQue vous achetiez vos herbes aromatiques en pot dans une jardinerie, en magasin ou que vous les fassiez pousser vous-même grâce à l’un de nos kits prêt-à-pousser, vous avez surement déjà été confronté à la mort prématurée de vos plantes. Conserver ses aromates n’est pas chose aisée. En effet, nous sommes parfois surpris de voir les aromates sérieusement se détériorer en l’espace de 24h, juste après les avoir acheté ou cueillis. Quel gâchis que de perdre ses herbes avant même d’avoir pu les consommer. Mais sachez que vous n’êtes pas toujours responsable en cas de perte. Afin de remédier à ce problème, nous allons donc aborder toutes les astuces et techniques afin de vous permettre de bien conserver vos herbes aromatiques.

Achat des herbes en pot

Si vous êtes partisans de l’achat des herbes en pot en magasin alors il faut différencier les herbes en supermarché et les herbes en jardinerie spécialisée. En effet, même si d’apparence vous aurez du mal à les différencier, sachez qu’elles n’auront pas les mêmes réactions de survie. Les herbes en pot du supermarché vont se dégrader bien plus rapidement car leur semence, la taille de leur pot et leur âge sont souvent inappropriées à une bonne conservation. Nous vous conseillons donc deux solutions :

  • Manger directement tous les plants en l’espace de 24h. Cette technique n’est pas particulièrement intelligente puisque le but des herbes en pots est de les faire repousser.
  • Repiquer les herbes dans un autre pot plus grand, avec une meilleure terre. Cette solution est de loin la plus rentable pour la survie de votre basilic ou de votre thym par exemple !

Si vous achetez vos pots en jardinerie, alors les herbes seront de meilleur qualité et vous pourrez les garder plus longtemps dans leur pot et leur terre d’origine sans avoir besoin de les repiquer.

La conservation des herbes aromatiques en pot

herbes aromatiques sechees

Que vous ayez acheté ou fait pousser vous-même vos herbes dans des pots, vous voilà maintenant propriétaire de ces formidables plantes ! Pour l’instant elles sont encore fraiche et bien verte et le challenge va être que cela dure encore quelques semaines ou mois. Je ne vous apprends rien en vous rappelant que les plantes ont besoin d’eau et de soleil pour vivre et s’épanouir. Un manquement en eau peut dessécher votre herbe en 48h. Un excès d’eau à l’inverse peut la faire pourrir et la tuer à petit feu. Enfin un manque de soleil va l’empêcher de se développer alors qu’un excès de soleil va la bruler. Alors comment savoir combien de temps doit être exposée la plante et quelle quantité d’eau lui apporter ?

Récapitulatif des besoins des herbes aromatiques fréquentes dans le commerce

Besoin de beaucoup de soleil : ciboulette, coriandre, romarin, sauge, thym, origan
Beaucoup de soleil et beaucoup de chaleur : aneth, basilic
Besoin de beaucoup de soleil mais s’épanouie aussi à l’ombre : estragon, laurier
Besoin d’un peu de soleil et d’un peu d’ombre : cerfeuil, menthe, persil

En ce qui concerne l’arrosage, les plantes ont des besoins différents mais globalement cela dépend de la taille du pot et le niveau de développement de la plante. Si votre pot contient environ un demi litre de terre alors mettez entre 5 et 10 cl d’eau. Attendez que la terre redevienne à moitié sèche pour ne pas trop donner d’eau à la plante. L’arrosage tous les 24 ou 48h est indiqué dans ce genre de situation.

Bien cueillir ses herbes en pot

Maintenant que vous savez comment conserver vos aromates en pot, imaginons que vous pouvez maintenant les cueillir. On pourrait croire que c’est la partie la plus simple, alors qu’en réalité il faut répondre à quelques règles pour être surs de ne pas abimer la plante. Pour cela :

• Veiller à cueillir l’herbe avant l’apparition des fleurs (en fonction du type d’herbe).
• Ne touchez pas aux tiges ! Portez plutôt votre attention sur les feuilles les plus développées qui se situent en règle général au-dessus.
• Profitez-en pour retirer d’éventuelles fleurs fanées, faites le tri des tiges en bonne santé et débarrassez-vous de celles mal en point.

Si votre culture n’est que d’intérieur, n’hésitez pas à laisser votre pot prendre l’air quelques heures ou quelques jours pour lui redonner un coup de booste si le temps le permet !
N’oubliez pas de bien laver à l’eau douce toute herbes que vous voudriez ingérer. Même si vous l’avez fait pousser vous-même, d’éventuelles traces de produit ménager pourrait être nocif pour votre corps.

Conserver les aromates

Vous avez cueilli trop de feuilles de basilic ou coupé trop de ciboulette ? Ou bien vous avez acheté trop d’herbes et vous avez peur que le surplus ne puisse pas se conserver ? Pas de panique, vous allez découvrir toutes les meilleurs techniques afin de conserver vos aromates le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions.

Conserver pour quelques jours

Il existe deux méthodes pour faire survivre vos aromates frais pour quelques jours si vous ne souhaitez pas les conserver sur une longue période.

La méthode du bouquet

Rassemblez vos herbes pour en faire un bouquet. Gardez les tiges s’il y en a. Plongez alors votre bouquet dans un pot d’eau. Vous pouvez pour cela vous servir d’un pot de confiture vide. Enfin recouvrez votre pot avec un film alimentaire. De cette manière, vous devriez pouvoir conserver vos aromates pendant 4 à 5 jours.

La méthode de l’essuie tout

essuie tout - herbes aromatiques

Placez vos herbes dans un essuie-tout que vous aurez légèrement humidifié au préalable. Intégrez le tout dans un sac plastique. Placez le sac au réfrigérateur. Enfin changez tous les jours l’essuie tout en en mettant un nouveau (toujours humidifié). Vous devriez pouvoir préserver vos herbes pendant 7 jours avec cette méthode.

Faites sécher vos herbes

Il est aisé de faire sécher des herbes aromatiques. Bien connue des personnes originaires du sud de la France, si les herbes sont séchées c’est avant tout pour leur apporter une conservation optimale. Mais attention, cette technique bien qu’elle puisse convenir à toutes les herbes n’est optimale que pour un certain nombre d’entre elles qui sont :

• Le thym
• Le romarin
• L’origan
• Le laurier

Deux méthodes s’offrent alors à vous :

Le séchage à l’air libre

secher - herbes aromatiques

Réalisez des bouquets de vos herbes, pour cela utiliser une ficelle ou une corde fine. Ensuite suspendez votre confection tête à l’envers dans un endroit sombre, chaud et aéré tel qu’un grenier. Comptez alors une semaine pour que le séchage soit terminé. Une fois vos herbes séchées, vous pouvez alors les découper et les placer dans des bocaux fermés comme des pots à confitures. Vous pouvez alors conserver ces herbes pendant plus d’un an.

le séchage au micro-onde

Placez vos herbes entre deux feuilles à papier essuie-tout que vous pouvez ensuite poser sur le plateau de votre micro-onde. N’oubliez pas d’insérer un petit bol d’eau sur le plateau. Lancez le micro-onde pendant une minute et observez si les herbes sont sèches. Si ce n’est pas le cas relancez de 30 secondes à chaque fois jusqu’à obtenir le résultat souhaité. Une fois cette étape terminée, vous pouvez découper et conserver les herbes dans un bocal en verre fermé.

La congélation des herbes aromatiques

Méthode rapide et simple, celle-ci se prête mieux aux herbes qui sèche moins bien tels que :

• Le persil
• Le cerfeuil
• La coriandre
• La ciboulette
• La menthe
• Le basilic

Pour se faire vous devez placer vos herbes dans des films alimentaires. Vous pouvez placer vos herbes entières ou ciselé. Ne mettez pas de trop grandes quantité et privilégiez un plus grand nombre de pochons quitte à utiliser plus de film alimentaire. Regroupez le tout dans le même bas à congélation et n’oubliez pas d’indiquer la contenance de chaque pochon. De cette manière vous pouvez conserver vos aromates pendant 6 mois.
Attention, le basilic noircit avec la congélation, pour éviter cela recouvrez le d’huile pour éviter sa dégradation.

Bonus : Réalisez des glaçons aromatiques !

C’est tout bête, il fallait y penser ! Ciselez l’herbe de votre choix, prenons de la menthe pour l’exemple. Intégrez le dans votre bac à glaçon. Vous pouvez même réaliser des mélanges avec des bouts de citrons. Parfait à intégrer dans un mojito ou dans une eau détox, ces petits glaçons sont simples et rapide à confectionner.

glacon - herbes aromatiques